Cet article a beaucoup circulé et reçu beaucoup de commentaires. Merci ! Il a été actualisé le 30 mars, puis le 10 avril quand les statistiques de Marseille ont été enfin publiées : voir en bas, sous la version initiale.

C’est l’histoire d’une tache blanche sur une carte de France. Loin d’être vide, elle est pleine de sens et raconte une situation politique singulière.

Cette tache, c’est le département des Bouches-du-Rhône sur une carte de l’INSEE, publiée le 27 mars 2020, qui recense le nombre quotidien de décès par département du 1er au 16 mars 2020, comparé à 2019. Pleine de bonnes intentions, l’INSEE entend sans doute donner des indicateurs objectifs dans le suivi de la pandémie et son effet sur la mortalité de la population française. Seulement voilà, il y a une tache blanche… Et cette tache blanche, les réseaux sociaux s’en sont tout de suite emparés.

La première fois que j’ai vu cette carte, c’était ainsi dans un tweet qui se félicitait qu’à Marseille on meurt moins qu’ailleurs, preuve de la réussite du traitement du professeur Raoult ! C’était reparti pour un tour… J’ai vu cette histoire circuler. J’ai donc pris le temps d’aller voir la source.

A mon grand étonnement, la fiche méthodologique de l’INSEE n’explique rien ! Dites, l’INSEE, ce n’est pas très malin de faire ça par les temps qui courent. Vous croyez que personne ne l’a vue la tache blanche ? [Depuis, une notice méthodologique complémentaire a été publiée : voir l’épilogue en bas de cet article]

Il faut ouvrir le tableau des données pour comprendre que les statistiques pour les Bouches-du-Rhône… ne sont tout simplement pas remplies. De là, j’en ai tiré deux hypothèses possibles :

La première hypothèse est palpitante comme une video youtube : Les Marseillais sont immortels. Non. J’exagère. Ils auraient la chance de moins mourir que les autres grâce au professeur Raoult. L’INSEE aurait préféré ne pas remplir le tableau plutôt que de nous révéler les vrais chiffres.

Oui mais voilà, les chiffres datent d’avant le confinement et la popularité de la chloroquine. C’est une réalité bien triste que nous sommes tous mortels. Quant à savoir si on a moins de décès ou plus qu’ailleurs en France, et bien justement, cette carte-là ne le démontre pas. Douche froide…

La deuxième hypothèse va sembler beaucoup plus familière et réaliste aux oreilles des Marseillais. La Mairie n’a pas transmis à l’INSEE ses statistiques d’état civil. La notice précise en effet que la source des chiffres publiés est « l’ensemble des décès, transmis par voie dématérialisée ou par voie papier par les mairies à l’Insee ». La moitié des habitants des Bouches-du-Rhône vit à Marseille. Si les données de cette ville manquent, la statistique départementale n’a plus de sens.

Vous me voyez venir et vous me traitez déjà de mauvaise langue… J’ai pourtant trouvé une circonstance atténuante. La Ville et la Métropole ont été victimes d’une cyberattaque massive, la veille du premier tour des élections (si, si, cette histoire-là est vraie). Depuis, il paraît que toute l’informatique est hors service pour plusieurs semaines. En plein confinement, la Ville est KO-chaos. C’est peut-être l’explication de ce trou statistique.

Maintenant, quel scénariste de série aurait-il imaginé un tel croisement de circonstances ? Au moment où les statistiques de guérisons et de décès sont un véritable enjeu politique, surtout à Marseille où l’IHU du Professeur Raoult publie ses résultats au fil des semaines, on ne pourra pas mesurer la mortalité des Marseillais en temps direct comme dans les autres départements. Bingo ! Toutes les théories vont pouvoir librement circuler sur nos smartphones confinés. Je sais, c’est un peu glauque et déplacé, mais le fait est que ça a déjà commencé.

C’est ainsi que l’état civil, ce service qui évoque souvent le parchemin et le vieux livret de famille, reprend une importance politique de premier plan. L’état civil, c’est nos vies, nos mariages et nos enterrements, notre trace, notre histoire. L’état civil, c’est la source de données de base pour la démographie et la santé publique, la production de statistiques et de chiffres simples, qui sont à la base de débats rationnels.

Alors, Monsieur le Maire, si vous êtes encore en poste (car vous êtes légalement encore en poste !), faites un petit geste. Il doit bien y avoir quelque part un ordinateur qui marche, avec une boîte mail pour répondre à l’INSEE, ou une photocopieuse pas en panne pour dupliquer un registre papier d’état civil ? Ou un vieux stock de papier carbone de l’ancien monde ?

L’INSEE accepte le papier. Répondez-lui. A défaut d’apaiser nos âmes, vous calmerez les esprits.

ACTUALISATION au lundi 30 mars 2020

1/ La Ville de Marseille a confirmé l’hypothèse de la cyberattaque. Les agents de l’Etat civil travaillent à la main.

2/ L’INSEE m’a envoyé cette notice méthodologique complémentaire, qu’elle a publiée sur son site et fait circuler sur twitter lundi matin. Elle confirme les hypothèses de mon article, ainsi que la différence entre le nombre de décès du COVID19 en seul milieu hospitalier (pour cela, voir les statistiques de Santé publique France), et les statistiques de décès de l’Insee/Etat civil qui sont toutes causes confondues et permettent d’inclure aussi décès dans les EHPAD).

3/ Mon article n’a pas pour but ici de donner un avis sur les tests et les soins dispensés par l’IHU du Professeur Raoult. Je ne suis pas qualifiée pour en juger. Je peux juste espérer que son traitement va réussir. Mon propos est de dire que ce n’est pas en utilisant de faux arguments (comme cette carte de l’Insee qui ne prouve rien) qu’on aidera à démontrer son efficacité. Une source statistique différente existe, avec le nombre de malades du COVD19 hospitalisés, guéris, décédés, qui peut donner d’autres indications.

ACTUALISATION au 10 avril 2020

L’INSEE a pu publier une carte complète avec les statistiques de Marseille, le 10 avril 2020. Malheureusement, les Bouches-du-Rhône font partie des départements concernés par une hausse de la mortalité globale. On ne connaît pas le détail des causes de décès mais nous pouvons émettre l’hypothèse suivante : Les taux de guérisons et de décès en milieu hospitalier ne suffisent pas à comprendre l’ampleur de la crise sanitaire. On sait maintenant qu’un tiers des décès se produisent en EHPAD. On a appris aussi qu’en dehors des hospitalisations COVID19, d’autres services, y compris les urgences, sont inquiets de ne plus voir autant de patients qu’avant. Cela peut être un signe que beaucoup d’habitants de notre ville, très précaires, se tiennent en retrait et ne vont même plus se faire soigner. Il peut donc y avoir une augmentation des décès à domicile. Voilà de quoi relativiser les polémiques sur l’efficacité du traitement proposé à l’IHU, même si on garde l’espoir qu’il puisse répondre à une partie du problème. Rien n’est miraculeux tout seul. Une politique sanitaire, c’est une politique globale d’accès aux soins et le confinement aggrave malheureusement les inégalités devant la vie et la mort. Triste leçon.


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *