Au fil du [prin]temps – N°5 – Edito

« Les masques arrivent de Chine ». Voilà comment on tente de nous rassurer, alors que le déconfinement s’annonce moins « progressif » et planifié, que très hétérogène et aléatoire, en fonction de la situation sanitaire des territoires et des catégories de populations pouvant, ou voulant, se déconfiner… ou pas. S’en remettrait-on au seul bon vouloir des citoyens, pris dans une injonction contradictoire : se protéger pour vivre… ou se déconfiner pour vivre ? La question du retour à l’école devient un vrai casse-tête. L’Education Nationale ne donne aucune consigne claire à ce jour et les collectivités locales, responsables du bâti et de l’entretien, sont censées se donner les moyens de l’organiser par elles-mêmes. Martine Vassal s’est opposée à la réouverture des collèges le 11 mai… Mais cela ne règle pas le problème ! Que la date soit tenable ou pas, un-e Président-e d’un exécutif local est attendu-e sur l’annonce d’un plan de déconfinement, à son périmètre de responsabilité. Nous n’avons pas beaucoup d’indications à ce jour sur les intentions de la Ville de Marseille, à l’exception d’une annonce sur la désinfection des écoles. Ce n’est guère suffisant pour rassurer les parents et les personnels, quand on sait qu’il manquait de savon dans certaines écoles à la veille du confinement.
Pendant ce temps, les initiatives d’entraide se poursuivent. Le public évolue. Il n’est plus seulement constitué de sans-abris, mais aussi de jeunes précaires, de familles… Nous avons déjà appelé à une cellule opérationnelle de la solidarité pour coordonner l’aide, sujet qui va bien au-delà des livraisons de repas de la cuisine centrale.Cependant, la situation évolue peu. Comme d’habitude, le milieu associatif s’auto-organise, mais forcément avec des limites. Nous proposons que les Mairies de secteur se saisissent du sujet avec la convocation d’un Conseil d’arrondissement spécifique sur l’organisation de la solidarité. Je me permets de recommander la plateforme AOUF, née en réponse au drame du 5 novembre 2018, et qui fait la preuve de toute son efficacité aujourd’hui avec l’opération « Massilia Couches Système ». Il est dommage que la Ville ne s’en rapproche pas davantage. Cette plateforme est née d’un « hackaton » (concours de projets de programmation informatique en mode collaboratif) #BalanceTonTaudis organisé à La Marseillaise en janvier 2019. Voilà d’ailleurs le type d’événements à organiser plus souvent avec la Ville, par la suite…
Si la situation sanitaire et sociale continue de nous alarmer de plus en plus, continuons à relayer les initiatives positives porteuses d’espoir pour l’avenir. Prenez bien soin de vous.


Sophie Camard, tête de liste du Printemps Marseillais pour le 1er secteur

CLIQUER ICI POUR LIRE LA NEWSLETTER

Hackaton #BalanceTonTaudis, La Marseillaise, Janvier 2019,
d’où la plateforme AOUF est issue


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *